◀ retour à notre actualité
◀ retour à notre architecture

3 décembre 2015

Grrrnd Zéro Böhlen

Grrrnd Zéro Böhlen

Surface : 1885 m²
Lieu :
Vaulx-en-Velin (69)
Montant de travaux :
300 000 € TTC
Maitrise d’ouvrage :
association Grrrnd Zéro
Mission :
complète
Statut :
tranche 1 : en cours de livraison /
tranche 2 : livraison prévue décembre 2016

Bâtiment A : ERT type de 5e catégorie (525 m²)
Bâtiment B : ERP type L et Y de 3e catégorie (1360 m²)

Ancienne papeterie, le site se compose de deux bâtiments distincts : un premier à usage administratif, qui accueillait anciennement des bureaux, et une grande halle destinée au stockage , tous deux construits entre 1970 et 1973. Vacant depuis quelques années, ce lieu en attente a été prêté à l’association lyonnaise Grrrnd Zéro, pour leurs activités de production et de diffusion artistique.

La reconversion de ce site en friche offre l’occasion de préserver le patrimoine industriel existant, rare trace du passé industriel de cette zone urbaine en transformation, tout en lui donnant une nouvelle vie.

Le parti pris se résume en deux stratégies :
– conserver la configuration du cadre bâti, et le compléter de l’intérieur pour organiser les espaces nécessaires aux nouveaux usages.
– organiser/ connecter les activités autour de la place centrale, pour en faire un lieu fédérateur entre les différents usagers : le cœur du projet
Par ces deux procédés, le lieu s’organise comme un micro-village avec ses locaux habités, ses rues, ses places et ses espaces paysagers.

La combinaison des paramètres financiers et temporels du projet nous oriente vers une stratégie constructive alternative, faisant appel à des processus non conventionnels pour permettre la réalisation du projet, s’appuyant sur :
– le réemploi/ la réutilisation : construire avec les ressources présentes sur place : le bâti, les matériaux.
– la participation et l’auto-construction : construire avec les habitants, les bénévoles et utiliser les ressources humaines à disposition.

La participation
La maîtrise d’ouvrage souhaitait participer activement à la définition du projet et à sa réalisation, à la fois pour palier à un budget dérisoire, et par volonté éthique économique et sociale.

Les usagers ont donc participé à la programmation , via des ateliers de travail collectif et des séances de débats. Ce fonctionnement a permis de concevoir un projet au plus proche des attentes de chacun.
Ces usagers sont impliqués également dans la réalisation en devenant auto-constructeurs. Encadrés par la maîtrise d’oeuvre et des artisans qualifiés selon les corps d’état, ils apprennent à construire ensemble leur futur lieu. La part de l’auto-construction représente 80% du projet.

Le réemploi
Le réemploi est à la fois un levier économique et une posture politique pour l’association qui prône et soutient les cultures alternatives.
Pour collecter les ressources nécessaires, un magasin de matériaux est constitué, permettant de stocker et classer ces derniers, avant d’être utilisés dans le projet.

Ce fonctionnement implique de modifier le processus de construction, en ajustant et adaptant le projet selon les matériaux à disposition. Cette démarche nécessite à la fois rigueur et souplesse, pour conserver la cohérence du projet. La connaissance des réglementations et des propriétés des matériaux devient alors essentielle pour en maîtriser la mise en oeuvre. La part de matériaux réemployés représente 70% du projet.